Un diner parfait au Café Colette


Il y a déjà deux semaines j'ai diné au Café Colette - 74 rue daguerre à Paris;
Le Café Colette c'est quoi ? C'est un restaurant coloré et chaleureux dans lequel on y mange excellemment bien!  L’authentique comptoir de bois de 8m de long a préservé tout son attrait et son charme pour accueillir les clients sur des tabourets au design épuré alternant avec ceux d’une ligne Art Déco typique. 
Un esprit lounge côté salon se fond dans l’ensemble avec des fauteuils, des canapés et des sièges très design. Ces assises plutôt basses ont pris place dans des espaces configurés comme dans un appartement privé. Tout a été prévu pour que chacun s’y sente bien, détendu, et puisse venir siroter un cocktail, déjeuner, dîner ou écouter de la musique. La clientèle s’approprie l’endroit selon ses envies.

Dans mon assiette ce soir la:





Rien que le fait de revoir les photos me donne déjà très envie d'y retourner !
Le restaurant change la carte toutes les 5 semaines mais je tiens quand même à vous montrer la carte qui m'a été proposé ce soir la.


Les créations du chef sont plus raffinées qu’un bistro traditionnel... Il est soucieux du détail sur la présentation, et aime provoquer la surprise chez le client voyant arriver sa commande. Il joue volontiers avec de la neige carbonique ou autre effet original...
Une formule déjeuner est proposée à 22 € avec entrée et plat ou plat et dessert à choisir sur la carte qui compte 5 entrées, 5 plats et 5 desserts.
La notion de partage a été instaurée dans cette maison autour de la côte de bœuf d’Aubrac, du gigot d’agneau de lait. On peut aussi voir arriver sur la table selon l’arrivage un poisson à partager, une bonne idée qui permet de jouer sur une vraie cuisine au service spectaculaire comme des filets levés, un dessert flambé... Pour les amateurs, un véritable plateau de fromages affiné est présenté, de quoi se régaler ! 



Focus ce le chef - Benjamin Sandier:
Il n’a que 27 ans. Il est issu d’une famille de restaurateurs, possède une formation de charcutier et une mention traiteur. La passion de la cuisine lui vient de sa grand-mère, une femme énergique qui possédait des établissements à Paris. Son gigot du dimanche, avec la gousse d’ail plantée dans la chair, et dans son jus, les carottes et petits oignons, laisse au jeune chef un souvenir impérissable. Sans parler de son bourguignon... !
Benjamin découvre très tôt sa vocation. Il veut devenir traiteur pour ne jamais être toujours au même endroit et avoir un réel contact avec des clients aux demandes différentes. Il peaufine ses connaissances en entrant chez Potel pour aborder les techniques de haute cuisine.
Il apprend à créer et à savoir exécuter des recettes pour les manifestations extérieures. Ce chef audacieux aime aller une fois par semaine à Rungis, le mardi. Il veut choisir au feeling les produits et se rapprocher des envie de ses clients, entretenir les relations avec les fournisseurs, favoriser le lien avec les petits producteurs.



Aucun commentaire